Skip Navigation LinksRéduire-les-déperditions

​Réduire les déperditions énergétiques d'un bâtiment

Afin de limiter les déperditions d'énergie dans un bâtiment il convient préalablement à tous travaux d'isolation de connaitre le système constructif, ces avantages, ces inconvénients, les conséquences sur le bâti afin de permettre au bâtiment une amélioration énergétique efficace et durable dans le temps. Notre cabinet vous conseil dans cette démarche environnementale.
Les bâtiments anciens​Bâtiments dont les matériaux laissent « transiter » la vapeur d’eau. Ces modes constructifs correspondent aux constructions antérieures à 1950. Modifier ces ouvrages, nécessite de ne jamais “couper” le chemin à la migration de la vapeur d’eau. Une attention particulière doit être apportée à ces édifices dont les performances thermiques, en été comme en hiver, dépendent de l’équilibre hygrothermique des ouvrages qui les composent et de quelques conditions telles que le drainage des maçonneries, une aération naturelle conséquente, l’isolation des toitures.
​Les bâtiments anciens sont conçus comme des « systèmes respirants », dont l’enveloppe est perméable à la vapeur d’eau. La ventilation est fonction des conditions climatiques, si elle est naturelle. Il y a souvent peu de ponts thermiques, si les parois ne sont pas isolées par l’intérieur.
Les bâtiments récents​​ ​​Bâtiments dont le mode constructif est supposé étanche: ni l’eau ni la vapeur d’eau ne traversent les matériaux mis en œuvre. C’est le cas de toutes les constructions postérieures à 1950 et d’une petite partie des constructions de la première moitié du XXe siècle.
​Les constructions récentes ont une enveloppe imperméable à l’eau.
Pour les constructions depuis 1974:
- Les occupants bénéficient d’un bon confort thermique et maîtrisent leurs dépenses d’énergie.

Les sources de déperditions d'énergie

​ ​