Skip Navigation LinksExposition-Radon

​Exposition au Radon

RadonPoumon.jpgLe radon est un gaz radioactif d'origine naturelle résultant de la désintégration de l'uranium et du radium présents dans la croûte terrestre. Il provient surtout des sous-sols granitiques et volcaniques et migre jusqu'à l'atmosphère où sa concentration varie fortement en fonction des circonstances climatiques. Il peut s'accumuler dans les espaces clos et atteindre des concentrations élevées. Le radon présent dans les bâtiments est produit par des émanations du sous-sol ou de certains matériaux de construction.
La concentration en radon dans les habitations dépend de la ventilation et des conditions météorologiques ; ainsi on observe des concentrations plus élevées en hiver qu'en été. Cette concentration varie d'heure en heure au cours de la journée en fonction du mode de vie des occupants.
 
Risque sanitaire :
L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a reconnu en 1987 le radon comme cancérigène pulmonaire humain, toutefois loin derrière le tabac. Son caractère cancérigène a été prouvé avec certitude pour des expositions professionnelles : mineurs des mines d’uranium.​

 
Les risques pour la ​santé
​Le nombre annuel de décès par cancer du poumon attribuable à l’exposition domestique au radon en France métropolitaine varie d'environ 1 200 à 2 900 en fonction des relations exposition-réponse utilisées [1] et correspond à la deuxième cause de cancer du poumon après le tabac. Ces chiffres montrent que l’exposition domestique au radon constitue ainsi un enjeu majeur de santé publique en France.​

L'émanation du radon

Le radon s'échappe d'une partie de radium emprisonnée dans un élément solide (tel que le granit) grâce à son énergie cinétique de recul de 86 keV (kiloélectronvolt).

Le mécanisme de l'émanation se produit en trois temps :

  • recul direct ;
  • diffusion ;
  • dissolution.


Dans le premier temps, l'effet de recul (recul direct) propulse (diffusion) l'élément nouveau vers un pore perméable (dissolution) qui peut être l'air ou l'eau.

L'émanation du radon est fonction de :

  • la teneur en eau (l'émanation est quatre fois plus forte si le milieu est saturé en eau plutôt que sec) ;
  • la localisation du radium ;
  • la granulométrie ;
  • la porosité du sol ;
  • la température...

    Seule une partie des atomes produite par émanation parvient à la surface du sol selon les lois :
  • de diffusion moléculaire et cinétique (loi de Fick) ;
  • de mouvement des gaz dans le sol (production de gaz carbonique, convection par gradient de température, mouvements sismiques).
Radon à l'intérieur des bâtiments :
a) En période ensoleillée ou ventée, la teneur en radon est plus élevée à l’intérieur qu'à l'extérieur.
b) En période de calme atmosphérique, la teneur de l'air en radon est souvent plus élevée à l'extérieur qu'à l'intérieur et la basse pression atmosphérique accroît l’émanation du radon contenu dans les matériaux de construction poreux vers l'air ambiant.


Parlons sûreté nucléaire et radioprotection : le radon
Voir la vidéo ASN:  le radon 
Qu'est-ce que le radon ? Où le trouve-t-on en France ?

 

 

 

Sources ASN
 
Voies atteintes par l’inhalation du radon et de ses descendants [1]

 
Sources CSTB​​
Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) recommande de réviser à 300 becquerels par mètre cube le seuil de concentration du radon dans l'habitat existant et les lieux ouverts au public.

Aujourd'hui, les niveaux d'actions préconisés en France sont fixés à 400 Bq/m3 et 1 000 Bq/m3.

(Lire l'article du moniteur)

les types d'expositions aux rayonnements naturels et artificiels

Expositions naturelles ​​ ​ HOMME-001.jpg​ ​ ​Expositions artificielles ​​
Radon​34%​Expositions médicales33%​
​Corps humain8%

​​Autres :

(essais armes nuc​léaires, industries, ...)

​0.5% ​ ​
​Rayonnements des sols 13.5%
​Rayonnemments cosmiques​11%

​Le radon est aujourd'hui considéré comme la source principale d'exposition de l'homme aux rayonnements ionisants d'origine naturelle et depuis 1987, le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a reconnu le radon comme cancérigène pulmonaire humain. Si le risque lié à l'exposition au radon est loin derrière celui encouru par les fumeurs, il peut être cependant comparé à celui du tabagisme passif.


​l'Expertise du Cabinet CEDI2M

Notre cabinet  CEDI2M Expertises, intervient dans le cadre du risque radon sur les secteurs géographiques suivants :

  • Dépistage (N1A & N1B) : Bretagne, Pays de la Loire, Normandie (pour les autres régions nous contacter)​
  • Investigations complémentaires (N2) : dans les départements prioritaires
  • Intervention sur toute la France pour toute étude impliquant des mesures de radon (nous contacter)

Nos qualifications :

  • Agrément N1A pour procéder aux mesures d'activité volumique du radon dans les bâtiments, y compris les bâtiments souterrains et les établissements thermaux (décision A.S.N. n° CODEP-DIS- n° 2015-026344 du 9/07/2015 valide jusqu'au 15/09/2020)
  • Agrément N1B pour procéder aux mesures d'activité volumique du radon dans des cavités et ouvrages souterrains (décision A.S.N. n° CODEP-DIS-n°2016-027552 du 18/07/2016 valide jusqu'au 15/09/2017)
  • Agrément N2 pour procéder aux investigations complémentaires du radon dans des bâtiments, y compris les bâtiments souterrains et les établissements thermaux, ainsi que dans des cavités et ouvrages souterrains (décision A.S.N. n° CODEP-DIS-n°2016-027553 du 18/07/2016 valide jusqu'au 15/07/2021)

Mesure du radon dans les bâtiments et dans certains lieux
de travail souterrains.
  • Dépistage radon : mesures par dosimètres passifs et interprétation
  • Investigations complémentaires : diagnostic des bâtiments et recherche des voies de pénétration du radon
  • Proposition de solutions correctives
  • Contrôle après travaux

 Mesures du radon dans les sols

  • Estimation du flux surfacique d'exhalation
  • Mesure ponctuelle ou en continu par canne de prélèvement

Mesures du radon dans l'eau

  • Par prélèvement ponctuel (eau potable, source...)

 Mesures du radon dans l'habitat individuel

  • Dépistage radon : mesures par dosimètres passifs et interprétation
  • Possibilité de mesures en continu
  • Préconisations

 

Bilan de 1982 à 2000, campagne nationale de mesure de la radioactivité naturelle dans les départements français.

 

Radon carte janvier 2000.jpg


Différents types de mesure du radon : Mesure ponctuelle, continue ou intégrée ?

> Mesure ponctuelle
Mesure consistant en un prélèvement effectué sur une courte durée inférieure à une heure, en un point donné de l'espace, et en une analyse (par exemple un comptage) réalisée simultanément ou après un délai déterminé.

> Mesure intégrée
Mesure consistant en une accumulation au cours du temps de grandeurs physiques (nombre de traces nucléaires, nombre de charges électriques, etc.), liées à la désintégration du radon et/ou de ses descendants, et en une analyse réalisée à l'issue de la période d'accumulation.

Une durée de mesure minimale d'une semaine est nécessaire afin d'inclure un nombre minimum de cycles de variation journalière.


> Mesure en continu
Mesure consistant en un prélèvement effectué de façon continue (ou par pas d'intégration inférieur ou égal à l'heure) et en une analyse réalisée simultanément ou en léger différé
Afin de suivre l'évolution temporelle de l'activité volumique du radon la durée de l'investigation doit être adaptée à la dynamique du phénomène étudié.

Dossier IRSN:
Le radon : Gaz radioactif d'origine naturelle, représente le tiers de l’exposition à la radioactivité reçue chaque année par la population française.